Rozoy-sur-Serre

La collégiale de Rozoy, très remaniée au XVIIème a conservé un chœur de la fin du XIIème, éclairé par deux rangs de fenêtres, séparés par un triforium à arcades géminées.
Le large transept présente un faux triforium et une grande baie à réseaux du XIVème. De la nef médiévale, il reste la façade occidentale et la dernière travée avec fenêtres hautes et piliers noyés dans la maçonnerie du XVIIème.
L’église collégiale est située au pied d’une motte féodale ; vestige de l’ancien château des seigneurs de Rozoy.    
Une tourelle en encorbellement subsiste à l’angle nord-ouest de la croix du transept, coiffée en poivrière. Quatre petites fenêtres l’éclairent. Deux autres paraissent plus récentes. Un escalier aboutissait à cette tourelle, et par suite au clocher, mais il a été fermé au début du XIXème siècle, car en mauvais état.
L’église de Rozoy est donc faiblement fortifiée. En fait, à l’époque où les fortifications étaient utiles, l’église se trouvait à proximité immédiate d’un château, lui même fortifié, et protégé par une enceinte fermée de murs, comportant sept tours : quatre rondes, deux carrées et une à base octogonale. Cette tour octogonale était la plus forte, la plus haute, et celle où les vassaux venaient promettre foi et fidélité à leurs suzerains. Elle fut vendue pour la somme de six cents francs, en 1793. Placée au midi de l’église, elle la dépassait de la moitié de sa hauteur, et était ainsi visible de plusieurs lieues à la ronde. En dernier lieu, elle servit de prison, et était reliée par des sous-terrains à plusieurs ouvrages avancés, servant de forts. Le château fut totalement démoli, jusqu’aux fondations, en 1817.
Egalement fortifiée dans la commune, et toujours visible, la maison du baillis.