La Hérie

La Hérie est une Seigneurie donnée  par Albert, comte de Vermandois, à l’abbaye de Bucilly. Lors de la révolution, l’abbaye de Bucilly fut détruite, et disparut. Elle ne fut plus jamais reconstruite. La forêt avoisinante (aujourd’hui disparue), propriété des sires de Coucy, fut donnée en 1205 par Enguerrand III à l’abbaye saint-Corneille de Compiègne.
Très jolie petite église, insérée dans les maisons du centre du village, et implantée dans un petit jardin bien entretenu.
Eglise saint-Pierre. Il semble qu’à l’origine, ce fut un fort, permettant la défense de la population, et que l’aménagement religieux survint plus tard.
La nef, de très petites dimensions, est rectangulaire, flanquée de deux tours circulaires. Les tours sont disposées en diagonale : l’une à gauche de la porte, l’autre à l’opposé, sert de sacristie. Les murs, très épais, contiennent un escalier droit très pentu, qui permet d’accéder à l’étage. Cette disposition est unique en Thiérache. Le premier étage comporte des meurtrières et des mâchicoulis. Le passage qui met en relation la nef et le choeur est particulièrement étroit. Le village voisin, Eparcy, lui aussi construit à l’initiative des moines de l’abbaye de  Foigny, aurait eu également une construction similaire, mais qui aurait été détruite, et dont il ne subsiste rien aujourd’hui.
Les voûtes sont du XVIème, le choeur à trois pans du XVIIème, mâchicoulis, meurtrières.
Dans le village : traces de voie romaine. Site de l’agglomération gallo-romaine de Terva.